Comprendre les différents types d’handicap invisible

Dans notre société, il est courant de penser qu’un handicap se voit forcément. Pourtant, un grand nombre de handicaps sont invisibles et concernent des personnes qui souffrent en silence. Ces handicaps peuvent être physiques ou psychologiques et avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie des personnes concernées. Dans cet article, nous allons explorer la liste des principaux handicaps invisibles, afin de mieux comprendre ces troubles et de favoriser leur prise en compte dans notre quotidien.

Les handicaps mentaux

Les handicaps mentaux regroupent des troubles du développement intellectuel et sont souvent difficiles à détecter. Ils ne se manifestent pas toujours par des signes visibles, mais ils peuvent entraîner des difficultés dans la compréhension, la communication et l’apprentissage. On peut citer par exemple :

  • La déficience intellectuelle légère ou profonde : elle se caractérise par un quotient intellectuel inférieur à la moyenne et un retard dans le développement cognitive et social.
  • Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) : ce trouble neurodéveloppemental touche principalement les enfants et provoque des problèmes de concentration, d’impulsivité et parfois d’hyperactivité.
  • L’autisme : il s’agit d’un trouble neurologique qui affecte les interactions sociales, la communication et la capacité à comprendre les codes sociaux.

Les handicaps psychiques

Les handicaps psychiques désignent les troubles mentaux qui affectent la santé émotionnelle et intellectuelle d’une personne. Ils peuvent être difficiles à identifier car ils n’engendrent pas forcément des signes physiques apparents mais induisent un mal-être, une souffrance ou encore une difficulté à réaliser certaines tâches du quotidien. Parmi ces handicaps psychiques, on peut retrouver :

  • La dépression : ce trouble de l’humeur se traduit par une tristesse persistante, un manque d’énergie et d’intérêt pour les activités quotidiennes.
  • Les troubles anxieux : ils regroupent plusieurs types de troubles comme le trouble panique, l’anxiété généralisée ou encore le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et génèrent stress, peurs irréalistes ou incontrôlables.
  • La schizophrénie : cette maladie chronique perturbe la pensée, le comportement et le ressenti émotionnel de la personne concernée, entraînant souvent l’isolement social.
  • Le trouble bipolaire : cette pathologie se caractérise par des phases d’euphorie (manie) et de dépression alternées et provoque de grandes variations d’humeur.
  Emploi et handicap : les chiffres de 2023 dévoilés

Les maladies invalidantes invisibles

Certaines maladies sont considérées comme étant des handicaps invisibles en raison de leur impact sur la qualité vie et/ou les capacités fonctionnelles de ceux qui en souffrent. Elles ne sont pas nécessairement visibles physiquement mais peuvent engendrer des souffrances et des limitations dans la vie quotidienne. Parmi celles-ci :

  • La fibromyalgie : cette maladie chronique se caractérise par des douleurs musculaires diffuses et une grande fatigue.
  • Le syndrome de fatigue chronique (SFC) : il s’agit d’un état d’épuisement physique et mental persistant, souvent accompagné de troubles du sommeil et de la concentration.
  • Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique : elles provoquent des douleurs abdominales, des diarrhées et parfois des saignements.

Asthme et allergies : deux handicaps invisibles courants

L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui se manifeste par des crises d’essoufflement, de respiration sifflante et de toux. Bien qu’il s’agisse d’une affection bien connue, elle peut être considérée comme un handicap invisible car elle peut limiter les activités quotidiennes et nécessiter des traitements médicaux réguliers pour contrôler les symptômes.

De même, les allergies sont des réponses inadaptées du système immunitaire à certaines substances, comme le pollen, les acariens ou encore certains aliments. Elles peuvent provoquer des réactions cutanées, respiratoires ou digestives et entraver la qualité de vie des personnes atteintes. Les allergies sévères, comme l’allergie aux arachides ou aux piqûres d’insectes, peuvent même mettre la vie en danger.

Reconnaître et prendre en compte les handicaps invisibles

Face à ces différents types de handicaps invisibles, il est essentiel de sensibiliser la population et de favoriser une meilleure reconnaissance des personnes concernées. Il convient également de promouvoir un environnement inclusif et adapté aux besoins de chacun, notamment dans le milieu scolaire ou professionnel.

  Formation pour travailleur handicapé : un levier d'intégration professionnelle

Gardons à l’esprit que chaque individu peut être confronté à des difficultés qui ne sont pas forcément visibles de l’extérieur, mais qui influencent néanmoins son quotidien. Donnons-leur la place qu’ils méritent au sein de notre société et respectons leur vécu et leurs besoins spécifiques.

Retour en haut